L'interview du mois - novembre 2019 Vanessa Dubosq-Gilly - Le Saint-Laurent (La hague)

Publié le 24/10/2019

« Le Fonds de transformation destiné aux buralistes doit nous permettre de repenser complètement notre commerce et de créer une activité de snacking »

 
Pour quel projet êtes-vous accompagnée par la CCI ?

Gérante avec mon mari Frank, conjoint collaborateur, du bar-tabac-presse-Française des Jeux Le Saint Laurent depuis le 1er juillet 2009, nous voulions nous lancer un nouveau challenge professionnel. Deux options s’offraient à nous : changer d’activité ou investir dans la refonte complète de notre commerce actuel de 120 m2. La découverte, dans la revue Le Losange (1), de l’existence d’un Fonds national d’aide à la transformation des buralistes (2) nous a finalement convaincus de choisir cette option, d’autant plus que nous sommes très attachés à ce territoire. 

 
En quoi consiste ce fonds d’aide aux buralistes ?

Cette aide financière se matérialise par le versement d’une subvention pour nous permettre d’enrichir notre offre, tout en repensant l’aménagement de notre commerce.  Le Fonds de transformation prévoit une prise en charge de 30 % des dépenses (jusqu'à 40 % pour les buralistes réalisant moins de 400 000 euros de CA/an), plafonnée à 33 000 euros.

 

Comment avez-vous procédé ?                                   

L’interlocuteur indiqué dans la revue me conseillait de me rapprocher de ma CCI. J’ai de suite été prise en charge par Nadège Morby, conseillère Commerce. La procédure se déroule en 7 étapes, à commencer par un audit en trois phases : un diagnostic complet de notre point de vente, une analyse de notre zone de chalandise afin d’identifier les opportunités de développement et la remise d’une feuille de route avec des préconisations sur les choix d’investissements. Cet audit est payant mais nous est remboursé intégralement après réalisation du projet. La deuxième étape est de faire établir deux devis par corps de métier (respect des règles de mise en concurrence) auprès des prestataires de notre  choix. Je boucle actuellement cette phase afin d’envoyer le dossier complet à la cellule nationale de la Douane. C’est elle qui valide l’éligibilité de notre dossier et nous informe du montant de l’aide allouée à l’issue des travaux.

 

Quels investissements et changements envisagez-vous ?

Depuis la reprise de ce commerce en 2009, nous avons toujours élargi notre offre afin de répondre aux attentes de nos clients. Dès 2011, nous avons ajouté le PMU mais également une offre de cigarettes électroniques, l’ouverture de comptes Nickel, la création d’un point relais Crédit Mutuel et bien sûr la vente de timbres postaux et dématérialisés. Aujourd’hui, avec cette aide, nous souhaitons une refonte en profondeur. Il s’agit de repenser complètement l’agencement de notre espace (décoration, mobilier et enseigne) et de créer une activité nouvelle de snacking qui doit générer une augmentation de notre Chiffre d’affaires. D’ailleurs, dans les six mois suivant la fin de l’exercice au cours duquel l’aide a été accordée, il nous faudra adresser le document de suivi financier par courrier à la cellule nationale de la Douane.

 

Quel message pourriez-vous passer aux buralistes qui s’interrogent sur leur devenir ?

Le métier de buraliste, à l’image de nombreux métiers et secteurs d’activité, est en pleine mutation. Nous devons aujourd’hui, plus qu’hier, offrir une large palette de services pour répondre à notre clientèle, locale et touristique en ce qui nous concerne.

J’encourage vivement les buralistes à se rapprocher de leur CCI. Un conseiller les accompagnera dans toutes les démarches qui, certes, prennent un peu de temps, mais permettent de se poser les bonnes questions afin de prendre les bonnes orientations stratégiques.

 

 

(1) Mensuel d’informations syndicales, économiques et pratiques, destiné aux buralistes. http://www.buralistes.fr/la-maison-des-buralistes/le-losange

(2) Pour faire face à la baisse annoncée des ventes de tabac liée à la hausse des prix et à la disparition de 8 000 bureaux de tabac en 15 ans, la Confédération nationale des buralistes s’est engagée dans une réflexion sur la transformation de leur modèle économique. L’objectif de ce fonds national (20 millions d’euros/an sur 4 ans) est d’accompagner la transition du métier réglementé de vendeur de tabac et de jeux de hasard à celui de commerçant de proximité aux services diversifiés. https://www.transformation-buralistes.fr/element-eligibles/

 

Contact 

Vanessa Dubosq-Gilly

Le Saint-Laurent
Place de l’ancien village normand
Urville-Nacqueville
50460 La Hague

Tél. : 02 33 03 42 04.                                   

lestlaurent.urville@orange.fr

 

Prendre contact avec votre Conseiller CCI dans le cadre de l'audit  

Centre Manche : Guylaine Gauquelin -  02 33 77 86 82

Sud Manche : François Le Goff - 02 33 91 33 91

Orne -bassin Flers :  Anne Gouelibo ou Nadège Pelletier - 02 33 64 68 00 

Orne - bassin Argentan : Jacqueline Ménard ou Christine Sorlin - 02 33 64 68 26

Cherbourg-Cotentin : Nadège Morby - 02 33 23 32 00

 

 

 

Voir toutes les actualités